Jour 99 – Rechercher les sensations fortes

Nous sommes nombreux à rechercher des sensations fortes dans nos vies. L’adrénaline, les sensations physiques qui vont avec, l’envie de se dépasser toujours pour accéder à cette sensation magique : se sentir vivant. Peut-être est-ce ton cas : peut-être aimes-tu te sentir un peu en danger, mais pas complètement, comme dans un manège qui te secoue comme un prunier tout en sachant que la barre de sécurité te retient et qu’il ne t’arrivera rien, même si tu as l’impression que d’une seconde à l’autre tout peut déraper. Je me fais la réflexion quand je vois des images d’attractions de fêtes foraines toujours plus délirantes, comme ces boules retenues par des élastiques, ou les grands huit sur lesquels les gens hurlent d’une terreur mêlée d’excitation : ils se sentent vivants. Une sensation si puissante qui ne peut exister que parce que nous aussi, on existe. Parce qu’on la goûte avec tous ses sens, la puissance du vent sur la peau, l’odeur de l’acier dans les narines, les cris des autres et les siens dans les oreilles, un goût métallique dans la bouche, les yeux embués par la vitesse.

Adolescente, j’étais très friande de manèges. Jamais ceux qui descendaient très vite, mais plutôt ceux qui me mettaient la tête à l’envers. J’en ressortais pleine d’hormones qui me faisaient planer, sécrétées par un cerveau qui ne pouvait pas traiter toutes ces informations tout seul. Grisée, avec ce sentiment de puissance et de fierté de l’avoir fait. Je me sentais terriblement là, présente, vivante.

Et puis, cette source s’est tarie…

En grandissant, ou en vieillissant, je me suis éloignée des fêtes foraines. Par manque d’occasions d’abord, puis par manque d’envie. Au fur et à mesure que je me rapprochais d’une vie simple, ces manèges lumineux où se retrouvaient des centaines de personnes me semblaient de moins en moins attirants. Le bruit assourdissant de ces événements et les odeurs surchargeant l’air me semblaient de moins en moins agréables, voire insupportables. J’ai fui, et ce sentiment que l’on éprouve dans les manèges s’est éloigné. Je ne le retrouve désormais que dans les avions, lorsque des turbulences s’annoncent.

fairground-1149626_640

Mais et ce merveilleux sentiment de se sentir exister ? N’ai-je pas fait une croix dessus ?

Et non ! J’ai eu une prise de conscience ce matin, lors d’une conversation familiale. Je suis toujours complètement accro à ces hormones qui me font planer. Le truc, c’est seulement que j’ai découvert qu’il y avait d’autres façons de les provoquer, des façons qui n’impliquent pas de me mettre la tête en bas ou de me laisser secouer dans tous les sens. Aujourd’hui, mes sensations fortes viennent d’ailleurs. Quelque part au fond de moi, il y a cette partie de mon estomac qui s’agite toujours, mais elle le fait face à un paysage merveilleux que j’ai eu de la difficulté à atteindre. Elle s’active aussi lorsque j’ai une réussite. Lorsque tout à coup ce que j’avais planifié parce que ça me tenait aux tripes, se réalise.

L’avantage, c’est que ça devient beaucoup plus simple au quotidien de ressentir ces sensations tant aimées et recherchées. J’ai le pouvoir de les déclencher moi-même, sans m’en remettre à une source extérieure. Je n’attribue plus la responsabilité de mon sentiment d’être vivante à quelqu’un ou quelque chose d’autre. Et ça, c’est la liberté, je trouve. La vraie indépendance, quelque part.

fair-1975867_640

Trouver ta source de sensations fortes

Alors le défi que je voudrais te lancer aujourd’hui, le voici : trouver ce qui te déclenche des sensations à toi, ce qui te permet de t’affranchir des autres pour les ressentir. Chercher ce qui te fait planer, ce qui fait se tordre ton estomac, qui te secoue de la tête au pied, au propre comme au figuré. Parce que ce sentiment de se sentir vivant n’a pas de prix finalement, et peu importe comment on le déclenche (bon, je ne suis pas en train de t’inciter à faire des choses criminelles ou illicites, hein). Peut-être que pour toi, c’est courir un marathon. Ou peut-être que c’est regarder longuement ton conjoint dans les yeux et sentir ton corps s’électriser. Peut-être rêves-tu de sauter en parachute, pour repousser tes limites. Ou alors, peut-être que c’est effectivement, physiquement, avoir la tête en bas dans un drôle de manège. On s’en fiche. Chacun a son petit défi qui le fait se sentir incroyablement vivant, magique et puissant.

Et quand tu auras trouvé, viens nous le raconter ! L’occasion d’échanger sur ces moments qui nous mettent complètement à l’envers et amoureux de la vie…

 

 

Bouteille à la mer : pour un projet, je suis présentement à la recherche de personnes qui éprouvent de la joie dans leur travail et/ou leurs projets et/ou leur vie, qui auraient envie de partager la façon dont c’est un moteur pour eux. Si c’est ton cas et que tu as envie de témoigner, contacte-moi !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s