Jour 103 – Retrouver notre capacité à l’émerveillement

Je regardais un enfant jouer il y a quelques jours. Il se promenait insouciant dans les allées d’un centre commercial, découvrant mille et un trésors, s’enthousiasmant pour des choses que je ne voyais pas, naviguant dans des mondes invisibles mais manifestement parfaitement magiques. Tout autour de lui, les gens se pressaient, appelés ailleurs, la tête dans les soucis du quotidien, les visages fermés, le pas décidé, parlant vite dans leur téléphone en surveillant les enfants du coin de l’œil. Le contraste du stress ambiant et de cet enfant qui semblait sur une autre planète bien plus sereine, douce et merveilleusement belle m’a saisie.

ladybug-1480102_640

Petite, tout était magique pour moi. Les petits insectes dans le jardin. Une jolie barrette pour les cheveux. Un plat joliment décoré. Et puis en grandissant, je me suis laissée happer moi aussi par « la vraie vie », celle des factures et des contraintes, où l’émerveillement avait bien peu de place.

La vie peut être merveilleuse

Mais cet enfant m’a rappelé que « la vraie vie », justement, ça peut être merveilleux. C’est merveilleux. Il y a des milliers de petites choses qui méritent tant notre attention, qui n’attendent que notre regard pour briller et révéler toutes leurs surprises. Notre regard que justement, pendant de longues années d’après l’enfance, on a entraîné au négatif. Parce que je suis sûre que le regard que l’on porte sur les choses est le résultat d’un entraînement : plus on voit les choses négativement, plus on continue à le faire. À l’inverse, en s’attardant sur des petites merveilles, on en voit de plus en plus souvent.

Pourquoi les sept merveilles du monde sont-elles appelées « merveilles » ? Je pense qu’elles le sont parce qu’elles nous dépassent un peu, au-delà de leur seul sens esthétique déjà incroyable. Quand on pense que le Taj Mahal a été construit par amour ou que les pyramides de Gizeh ont été érigées à une époque où il n’y avait pas de grue, pour constituer les tombeaux des personnages les plus riches du royaumes, notre esprit s’emballe, imagine, rêve. Et c’est cela, le merveilleux.

Et si on cherchait le merveilleux dans nos vies ?

Alors voilà ce que je te propose : essayons, tous, de retrouver cette capacité d’émerveillement que nous avions quand nous étions enfant. Quand tout pouvait être une fête, quand tout pouvait être magique. Comment faire ? Quand quelque chose t’attire l’œil, attardes-y toi vraiment. Demande-toi ce qui fait que cette chose t’a attirée l’œil et quelles caractéristiques la rendent magique. Lorsqu’un événement survient, cherches-en le côté doux et brillant. Ce sont parfois de toutes petites choses : un souper entre amis est merveilleux parce qu’il nous rassemble et qu’au fond de nous, on a ce sentiment de bien-être et de douceur à se sentir entouré d’eux. Une coccinelle est merveilleuse car si légère, si jolie, et tiens, si on comptait ses points avant qu’elle ne s’envole à nouveau ? N’y a-t-il pas un ressenti merveilleux sur ta peau quand tu t’enroules dans ta couette préférée un jour froid, sentant tout ton corps se réchauffer peu à peu ? Et ce flocon qui se pose sur ta fenêtre un matin glacial d’hiver, n’est-il pas parfait avec toutes ses branches minuscules ?

ice-crystal-1065155_640

Tu l’as compris, l’idée de se créer une vie merveilleuse n’est pas de fabriquer de toutes pièces une vie trépidante, pleine de feux d’artifices et de soupers gargantuesques avec des célébrités. Se créer une vie merveilleuse, c’est ajouter dans sa vie ces petits moments où l’on prend conscience de toutes les petites choses qui nous entourent, et qui ont toutes un peu de magie en elles. S’émerveiller, comme un enfant, la bouche qui forme un O et les yeux ronds. Parce que voir le monde avec ces yeux purs et  prêt à chercher la beauté et la magie, c’est à coup sûr alléger nos quotidiens d’adultes surchargés, en perte de repère dans un monde qui change. En t’accrochant de toutes tes forces à ces petits moments de magie pure, je suis prête à parier que tout devient plus joli autour de toi.

 

Et toi, as-tu gardé ta capacité à t’émerveiller ? Quelles sont ces toutes petites choses qui te font renouer avec l’enfant en toi, prêt à écarquiller les yeux ?

 

 

Bouteille à la mer : pour un projet, je suis présentement à la recherche de personnes qui éprouvent de la joie dans leur travail et/ou leurs projets et/ou leur vie, qui auraient envie de partager la façon dont c’est un moteur pour eux. Si c’est ton cas et que tu as envie de témoigner, contacte-moi !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s